jeudi 26 décembre 2013

Une place à prendre - J.K Rowling





Quatrième de couverture :

Bienvenue à Pagford, petite bourgade anglaise paisible et charmante : ses maisons cossues, son ancienne abbaye, sa place de marché pittoresque… et son lourd fardeau de secrets. Car derrière cette façade idyllique, Pagford est en proie aux tourmentes les plus violentes, et les conflits font rage sur tous les fronts, à la faveur de la mort soudaine de son plus éminent notable.

Entre nantis et pauvres, enfants et parents, maris et femmes, ce sont des années de rancunes, de rancœurs, de haines et de mensonges, jusqu’alors soigneusement dissimulés, qui vont éclater au grand jour et, à l’occasion d’une élection municipale en apparence anodine, faire basculer Pagford dans la tragédie.


Mon avis :

Après un temps conséquent de réflexion dont j'avais grandement besoin, je me lance dans cette chronique avec un enthousiasme inexistant. Que dire, que dire...Franchement, rien.

La maman d'Harry Potter nous fait partager sa période de dépression post-succès et quand on a pas de Xanax ou du Lexomil à portée de mains, c'est très dur à vivre. Parce que Pagford c'est un asile à ciel ouvert. Tous les gens qui y habitent sont, soit fous, soit complètement cons, soit psychopathes, soit suicidaires. Alors faites-vous plaisir, choisissez celui qui vous permet la meilleure immersion dans l'histoire. Parce qu'histoire il y a, mais seulement si on aime Gossip Girl, ou tout autre série du genre qui met en scène des poufiasses qui aiment pourrir la vie des autres. Ce qui n'est pas mon cas. Je me suis donc retrouvée à me taper 792 pages qui donnerait envie de se suicider à une taupe naine, qui décrit tous les merveilleux déboires de la race humaine et qui ferait de Gandhi un terroriste confirmé. Que les choses soient claires. Je suis très ouverte d'esprit. Mais là. LA. Il s'agit d'un attentat à l'optimisme. Ce bouquin est totalement exempté d'émotions positives, il n'y a rien qui fait sourire, rien qui fait rire, rien qui donne un tant soit peu d'espoir. Que dalle. Une place à prendre c'est le manuel de la déprime en 3 étapes. Si vous aviez encore de l'amour en réserve pour l'Homme, lisez ce livre, vous en ressortirez grandi, et probablement suicidaire. Aussi. Mais ce n'est qu'un détail.
Tout ça n'a aucun sens. Je veux bien qu'il y ait des gens prêts à tout pour avancer dans la vie, mais là on parle d'un siège paroissial à la con. Et les habitants de Pagford se bousille l'existence dans l'espoir de récupérer ce statut politique ô combien désirable (ceci est ironique). Mais WHAT THE FUCK ! Même dans Les Feux de l'Amour il n'y a pas autant de sombres secrets, et de personnages en clair-obscur. << Non Brenda ! Tu ne peux pas avoir couché avec Charles-Henri qui est un eunuque avéré et en plus être enceinte de lui et de moi, tout en ayant entamé le processus pour changer de sexe. >> Ca, c'est la vraie vie en comparaison de Une place à prendre. Alors heureusement que la plume de JK Rowling est toujours aussi agréable à lire, heureusement que ce bouquin est parfait dans la forme. Parce que, clairement, le fond, c'est pas possible. Je veux bien qu'elle ait voulu se détacher de l'image pré-ado d'Harry Potter, mais là on ne passe pas par la case Livre Adulte mais directement à la case << Ce livre nuit gravement à votre santé et à celle de votre entourage >>. Je veux bien aussi qu'elle ait voulu prouver qu'elle pouvait encore avoir du succès après les balais volants. Je veux bien, vraiment. Mais honnêtement, était-il nécessaire d'écrire un truc aussi sombre ? Aussi glauque ? Aussi morbide ? Etait-il nécessaire que tous ces personnages soient des caricatures d'enfants gâtés prêts à tuer père et mère pour un siège paroissial de merde ? Parce qu'il s'agit bien de ça. A Pagford tout le monde se connaît mais personne ne s'aime. Tout le monde connaît la vie de son voisin mais ne supporte pas qu'on connaisse la sienne. Tout le monde critique tout le monde, et tout le monde et pourri jusqu'à la moelle. Ca ne sait pas quoi faire de sa colonne vertébrale alors ça emmerde la carcasse des autres. Les habitants de Pagford se divise en deux catégories : Les charognes et les charognards. A partir de là, laissez-vous embarquer par l'histoire et appréciez les coups de travers, les rumeurs, les rancunes, et tout autre joie du genre. Parce que Une place à prendre c'est l'hégémonie de tout ce qui se fait de pire chez l'être humain. Et mes amis m'appellent Satan, mais même moi ça m'a déprimée. L'intrigue de base n'a même plus sa place tant l'auteure a voulu en faire des caisses et des caisses en montrant des personnages tous plus mauvais les uns que les autres. Tous plus méchants, plus prompts à piétiner les autres et à les briser. Et Dieu seul sait que j'ai lu des tas de bouquins morbides, mais à ce niveau là, on se demande si JK Rowling n'a pas besoin d'une thérapie. Parce que Voldemort à côté, c'est un angelot à poil qui joue de la cithare.

En gros, ce bouquin m'a donné envie de me jeter dans l'Isère avec un boulet à la cheville, une balle entre les deux yeux tout en faisant une overdose médicamenteuse.


Ma note :


8/20 (pour l'encre)

9 commentaires:

  1. Ah t'as finalement réussi a lui donner une note !
    Mais tu vois, j'ai quand même envie de le Lire, parce que vu comme il t'a perturbée, ça me donne envie !
    Et j'ai éclaté de rire en imaginant voldemort

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non mais franchement lis-le, ca vaut le coup quand même mais c'est juste pas possible pour moi mdr.

      Et j'ai ri en imaginant Voldemort aussi.

      Supprimer
  2. En angelot avec une cithare ! (Suite du commentaire précédent car mon téléphone beug !)

    RépondreSupprimer
  3. Je suis d'accord avec toi, j'ai tellement détesté que je n'ai même pas pu écrire un billet dessus, c'était trop pour moi!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'avoue que même moi j'ai eu beaucoup de mal à écrire ma chronique -_-'. J'aime pas descendre un bouquin en flèche mais là, je pouvais pas faire autrement !

      Supprimer
  4. Oh, trop beau ton blog comme ça !!
    (J'adorais avant, et du coup ça me perturbe, j'ai l'impression que la page n'est pas entièrement chargée, mais j'adore !!)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mdr, merci ma P. Tu me connais. Faut toujours que je bouge, et il en va de même pour le blog :D. Contente que ça te plaise en tout cas ;)

      Supprimer
  5. J'ai eu beaucoup de mal aussi avec ce livre , je le trouvais bien écrit mais comme tu dis , je trouvais le fond très sombre . Belle chronique en tout cas .

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis tout à fait d'accord avec toi, très bien écrit mais juste trop...glauque. Merci en tout cas pour ton commentaire :)

      Supprimer